Le blog de GCS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 4 février 2017

La lettre de GCS n°26


Le népotisme près de chez nous

Nos deux parlementaires locaux, la sénatrice Élisabeth Lamure et le député Bernard Perrut, indéfectibles soutiens de François Fillon, ont comme assistantes parlementaires l'une sa fille Marion, l'autre son épouse Frédérique. Si ce n'est pas illégal, c'est contraire à un minimum d'éthique, comme l'a bien compris le parlement européen qui a interdit de telles pratiques.


Tribune des élus de l'opposition, à paraître dans le prochain Gleizé magazine

A l’heure des bilans, voici quelques-unes des propositions que nous avons faites en 2016 :

  • augmenter la part du budget municipal consacré à l’environnement et à la solidarité
  • mieux répartir les efforts d’investissement dans les différents quartiers
  • réaliser une étude de faisabilité pour l’installation de commerces multi-services de proximité
  • répondre à la demande de subvention de l’Oasis pour la mise en conformité de ses installations
  • informer les habitants de la commune sur les précautions à prendre quand ils résident dans les périmètres à risque des 2 sites Seveso
  • rechercher des captages alternatifs pour une meilleure qualité de l’eau, et profiter de la fin prochaine du contrat de délégation pour décider du passage en régie publique
  • prendre une part active dans l’accueil des migrants

Aucune de ces propositions n’a été retenue par la majorité.

Nous souhaitons également profiter de cette tribune pour dénoncer le mauvais fonctionnement démocratique du Conseil municipal. Outre les retards répétés dans la transmission des documents, il arrive que des textes soient soumis au vote alors qu’ils n’ont pas été présentés au préalable. Il est regrettable que seuls les élus de l’opposition s’indignent d’un tel fonctionnement.


Projet de renouvellement urbain à Belleroche : comment rendre réelle la participation des habitants ?

Les élus de GCS, VVA (Villefranche) et AEL (Limas) participeront conjointement à une form'action le samedi 11 février. Au programme : visite du quartier, intervention de Maurice Charrier (ancien maire de Vaulx-en-Velin) et ateliers thématiques. Cette form'action sera également ouverte aux adhérents des 3 associations, ainsi qu'aux membres du Collectif Solidarité Eco-citoyenne de Belleroche.


A vos claviers !

Vous souhaitez partager vos coups de cœur ou vos coups de gueule sur la politique locale ? Vous détenez une information qui intéresse les sympathisants de GCS ? Alors n’hésitez pas à envoyer vos contributions à contact@gleizecitoyenne.fr.

dimanche 11 décembre 2016

La lettre de GCS n°25


Édito
Franchement, cette année 2016 n'aura pas apporté beaucoup d'éléments de réjouissance. La droite extrême et l'extrême droite se portent au mieux, l'état d'urgence est toujours en vigueur, la transition énergétique reste une idée abstraite, et la gauche s'apprête à affronter les prochaines échéances électorales en ordre dispersé... C'est pourquoi plus que jamais les membres et les sympathisants de GCS doivent se mobiliser et se serrer les coudes. Comme nous y invite Pierre Rabhy avec son colibri qui porte dans son bec un peu d'eau pour éteindre l'incendie, 
ne nous résignons pas. A défaut de tout régler, chacune et chacun d'entre nous peut apporter sa modeste contribution à un monde meilleur.

Quand le Maire se moque des principes démocratiques élémentaires...
En fournissant le compte-rendu du CM précédent 30 jours après, au lieu des 8 jours prévus par la loi, en rédigeant une note de synthèse qui ne permet ni de comprendre le sujet à débattre, ni s'il y aura vote ou non (Cf. doc. joint, point 4 en particulier), en demandant d'adopter des conventions sans qu'il soit possible d'en étudier le contenu (le texte de ces conventions, découverts en séance, ne sont que partiellement et rapidement projetés sur un écran
), M. de Longevialle perpétue, voire amplifie, une pratique courante au Conseil municipal de Gleizé, qui consiste à n'accorder aucune importance au travail des conseillers.
Et une question demeure : les habitants de Gleizé qui ont voté pour la liste de droite savent-ils que leurs élus votent des textes qui les engagent sans même savoir ce qu'ils contiennent ?

Réaménagement urbain à Belleroche : donner la parole aux habitants
Le contrat de ville qui va permettre la rénovation de Belleroche est incontestablement de bonne augure pour les habitants de ce quartier, tant la situation s'est dégradée au fil du temps. Mais la mise en œuvre de ce projet par la droite locale nous interroge, tant l’écart paraît grand entre les intentions affichées et les pratiques réelles. La consultation des habitants via un Conseil des citoyens ne serait-elle que purement formelle ? Alors que ce Conseil indiquait clairement ses priorités – activité économique, commerces et services publics de proximité, nouvelle maison de quartier, amélioration des relations écoles-familles-mairie – c’est par la presse que ses membres ont appris la décision de démolir la barre des Cygnes et ses 400 logements. Les habitants du quartier n’auraient-ils pas leur mot à dire sur la manière d’avancer vers plus de mixité sociale ?
C'est pourquoi GCS va travailler avec 2 autres associations citoyennes, Villefranche Ville Avenir et A l’Écoute de Limas, en vue de redonner la parole aux habitants Belleroche, afin que leur avis soit réellement pris en compte. Une commission permanente inter-association a été crée, qui prévoit d'organiser une formation sur le réaménagement urbain dès le début de 2017, à laquelle pourraient participer Maurice Charrier (ancien maire de Vaulx-en-Velin), un architecte urbain, et un habitant du quartier de Troussier, récemment rénové.

dimanche 27 novembre 2016

La Lettre de GCS n°24


De nouveaux statuts pour un fonctionnement moins institutionnel
Les statuts adoptés lors de l'AG extraordinaire du 20 octobre
reflètent mieux le fonctionnement réel de notre association, avec en particulier la suppression du Conseil d'administration (qui ne se réunissait jamais) et l'élection directe du bureau par l'ensemble des adhérents. Ces statuts traduisent ainsi un fonctionnement plus "horizontal", conforme aux principes de participation que nous promouvons sans relâche.

Un bilan collectif très largement positif
Lors de l'AG ordinaire du 17 novembre, les membres présent ont approuvé un document pour lequel chacun a eu l'occasion de contribuer. Si deux actions prévues n'ont pas été menées à leur terme (analyse de poussières de plomb et soutien scolaire), ce bilan montre une année bien remplie et des réussites avérées (participation à la Fête des alternatives, double bulletin couleur, ...).

Un bureau partiellement renouvelé
Si le président (Bernard Leblond) et le secrétaire (Jérôme de Gayffier) restent à leur poste, GCS s'est doté d'un nouveau trésorier (Yves Lespagnol) et, grâce aux nouveaux statuts, d'un vice-président (Bernard Carret).

Et enfin, de nouveaux projets pour l'année à venir
GCS est l'une des 2 associations membres du Conseil des citoyens de Belleroche, qui a été institué dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier. A ce titre, nous sommes éligibles à des subventions pour des actions de terrain. Partant des suggestions déjà émises par ce Conseil des citoyens, nous allons mettre à l'étude 3 projets : la création de jardins partagés au pied des immeubles ; une opération "nettoyage" des abords de Carrière Chapelle ; et l'organisation d'un marché oriental.

Vous aussi, participez à cette dynamique, en adhérant à l'association, ou en apportant votre soutien financier !
Cliquer ici pour télécharger un bulletin d'adhésion / bon de souscription.

Agenda

  • lundi 5 décembre à 19h30 : conseil municipal
  • jeudi 15 décembre à 18h30 : réunion plénière de GCS

mardi 4 octobre 2016

La Lettre de GCS n°23

Edito
Toute la région a été secouée par le drame qui s'est déroulé au lycée Louis Armand, situé sur la commune de Gleizé. Alors que la petite Manon était entre le vie et la mort, et que son agresseur prenait le chemin de l'hôpital psychiatrique, notre député Bernard Perrut faisait un communiqué officiel, renvoyant les parents à leurs responsabilités et demandant plus de caméras de vidéosurveillance (Cf. la capture de sa page Facebook). Une récupération politique particulièrement choquante...

Et vous, quel élu(e) seriez-vous ?
GCS participe à l'animation du stand "démocratie participative" lors de la Fête des alternatives, ce samedi 8 octobre, place du promenoir à Villefranche. Un atelier « La prise de décision politique : jouez le rôle d’un(e) élu(e) en commission scolaire » y sera organisé, auquel vous êtes cordialement convié ! N'hésitez pas à vous inscrire dès aujourd'hui.

Lors du CM du 3 octobre, l'opposition a usé de son droit à poser des questions dites "orales"
Question 1 - M. le Maire avait évoqué cet automne la possibilité d'accueillir des réfugiés sur la commune, mais n'avait pas donné suite. Or aujourd'hui, le Gouvernement recherche 1800 places en région AURA pour accueillir les réfugiés de Calais. N'est pas là l'occasion de redire la disponibilité de la commune pour un tel accueil ?
M. de Longevialle réaffirme la disponibilité de la commune mais n'a pas contacté la préfecture, il attend d'être sollicité... En espérant que les services préfectoraux lisent les compte-rendu de conseil municipal ?
Question 2 - Après la révélation du classement SEVESO 2 seuil haut de l'entreprise Quaron, dont le périmètre de risques concerne Gleizé, il s'avère que récemment, une deuxième entreprise - Recylex - a également été classée SEVESO 2 seuil haut. Comment se fait-il que les populations concernées ne soient pas officiellement informées ? Qu'en est-il des plans de préventions rendus obligatoire par la législation ? Faudra-t-il rapidement mettre à jour le PPI de notre commune ?
M. de Longevialle minimise le risque et affirme qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. D'ailleurs, Recylex a prévenu la mairie de son nouveau classement et invite l'exécutif municipal a visiter l'installation, preuve selon notre édile que la transparence est de mise et qu'il est "inutile d'agiter un chiffon rouge". Concernant le PPI, le maire a répondu à coté de la question, en indiquant que le problème ne se résumait pas à un risque d'incendie (sic !).
Question 3 - Créé en début d'année, un Collectif Eau bien commun Beaujolais a récemment interpellé le président de l'Agglo, M. Faurite, concernant l’échéance prochaine du contrat de délégation de l'entreprise VEOLIA. Ce collectif souhaite notamment qu'un audit indépendant soit réalisé sur cette DSP, et demande l'organisation d'un débat public, pour que l’hypothèse alternative d'un passage en régie publique de la gestion de l'eau soit sérieusement étudiée. Quelle est la position les élus communautaires de la commune sur ce sujet ?
M. de Longevialle s'en remet à l'application stricte des textes et "fait entièrement confiance à l'Agglo pour réaliser un bilan objectif" de la délégation à VEOLIA. Demander un audit indépendant, ce serait être "suspicieux". Il affirme par ailleurs que "le scénario d'un passage en régie sera envisagé", sans préciser dans quel délai. Pour la consultation des citoyens, il dit qu'elle existe déjà via la CCSPL, il est donc inutile d'organiser un débat public. Une chose est sûre : le concept de "l'eau bien commun" échappe totalement à notre maire.

page 2 de 2 -