Édito
Franchement, cette année 2016 n'aura pas apporté beaucoup d'éléments de réjouissance. La droite extrême et l'extrême droite se portent au mieux, l'état d'urgence est toujours en vigueur, la transition énergétique reste une idée abstraite, et la gauche s'apprête à affronter les prochaines échéances électorales en ordre dispersé... C'est pourquoi plus que jamais les membres et les sympathisants de GCS doivent se mobiliser et se serrer les coudes. Comme nous y invite Pierre Rabhy avec son colibri qui porte dans son bec un peu d'eau pour éteindre l'incendie, 
ne nous résignons pas. A défaut de tout régler, chacune et chacun d'entre nous peut apporter sa modeste contribution à un monde meilleur.

Quand le Maire se moque des principes démocratiques élémentaires...
En fournissant le compte-rendu du CM précédent 30 jours après, au lieu des 8 jours prévus par la loi, en rédigeant une note de synthèse qui ne permet ni de comprendre le sujet à débattre, ni s'il y aura vote ou non (Cf. doc. joint, point 4 en particulier), en demandant d'adopter des conventions sans qu'il soit possible d'en étudier le contenu (le texte de ces conventions, découverts en séance, ne sont que partiellement et rapidement projetés sur un écran
), M. de Longevialle perpétue, voire amplifie, une pratique courante au Conseil municipal de Gleizé, qui consiste à n'accorder aucune importance au travail des conseillers.
Et une question demeure : les habitants de Gleizé qui ont voté pour la liste de droite savent-ils que leurs élus votent des textes qui les engagent sans même savoir ce qu'ils contiennent ?

Réaménagement urbain à Belleroche : donner la parole aux habitants
Le contrat de ville qui va permettre la rénovation de Belleroche est incontestablement de bonne augure pour les habitants de ce quartier, tant la situation s'est dégradée au fil du temps. Mais la mise en œuvre de ce projet par la droite locale nous interroge, tant l’écart paraît grand entre les intentions affichées et les pratiques réelles. La consultation des habitants via un Conseil des citoyens ne serait-elle que purement formelle ? Alors que ce Conseil indiquait clairement ses priorités – activité économique, commerces et services publics de proximité, nouvelle maison de quartier, amélioration des relations écoles-familles-mairie – c’est par la presse que ses membres ont appris la décision de démolir la barre des Cygnes et ses 400 logements. Les habitants du quartier n’auraient-ils pas leur mot à dire sur la manière d’avancer vers plus de mixité sociale ?
C'est pourquoi GCS va travailler avec 2 autres associations citoyennes, Villefranche Ville Avenir et A l’Écoute de Limas, en vue de redonner la parole aux habitants Belleroche, afin que leur avis soit réellement pris en compte. Une commission permanente inter-association a été crée, qui prévoit d'organiser une formation sur le réaménagement urbain dès le début de 2017, à laquelle pourraient participer Maurice Charrier (ancien maire de Vaulx-en-Velin), un architecte urbain, et un habitant du quartier de Troussier, récemment rénové.